Public cible | 12 ans et +
Durée | 90 minutes

 

Élisa est une jeune fleuriste itinérante issue du Quartier St-Henri. Une jeune femme extravertie, entêtée, rusée et orgueilleuse qui n’a pas la langue dans sa poche! L’histoire se passe à Montréal en 1937. Cette chatte de gouttière a la répartie facile, veut apprendre à mieux parler pour travailler dans un magasin de fleurs et quitter la rue. Elle croisera le Professeur Higgins, un homme froid et indépendant, qui acceptera le défi lancé par son ami le Colonel Le Berre, de faire de cet enfant de ruelle, une « princesse »! Au fil de ses cours et de son travail, nous découvrirons une jeune fille gaffeuse et malhabile, mais aussi tenace, pétillante, drôle, intelligente et attachante. Est-ce que Higgins se laissera toucher par la remarquable transformation de cette jeune femme ? Une belle leçon de ténacité!

 

Production : La Comédie Humaine

Texte : George Bernard Shaw

Adaptation et mise en scène : Martin Lavigne

Interprétation : Jean-François Beaupré, Élizabeth Duperré, Pierre Chagnon, Marc-André Coallier, Chirstine Lamer, Élizabeth Chouvalidzé, Carmen Sylvestre, Maryève Alarie

Crédit photo : Sara-Maude Ravenelle

 

MOT DU METTEUR EN SCÈNE

L’histoire d’Élisa et du professeur Higgins a fait le tour du monde ! C’est une comédie pétillante, enlevée et délicieusement fantaisiste qui demeure très actuelle. Les émotions, le rire et la sensibilité y sont mis au premier plan. Nous sommes sous le charme de cette jeune Élisa qui s’émancipe et qui vient même à prendre sa revanche sur l’homme froid et indépendant qu’est Higgins.

George Bernard Shaw est un artiste révolutionnaire et réformateur du début de 20e siècle. Il se moque des gens solennels et prône l’émergence de la femme moderne. En 1925, il obtient le prix Nobel de la littérature pour son œuvre.

Dans sa pièce, Shaw propose une confrontation des classes sociales, expose leurs différences et les jugements sociaux et personnels.

La comédie originale est, ici, revisitée afin de faire un spectacle «nouveau », rempli de scènes ajoutées, amusantes et touchantes. Adaptée à Montréal, après la Première Guerre mondiale, en pleine Grande Dépression, deux ans avant la 2e Guerre mondiale, le spectacle contient des niveaux de langage dont le joual, le québécois et le français international. C’est aussi un petit clin d’œil aux festivités qui entourent Montréal en 2017, en plus de nous faire revivre notre histoire québécoise dans une atmosphère «intemporelle».

MARTIN LAVIGNE, directeur artistique et metteur en scène