REPRÉSENTATION SPÉCIALE

 

ÉVÉNEMENT-BÉNÉFICE

Au profit de la Fondation du Collège de l’Assomption.

L’argent amassé servira à soutenir les élèves du Collège de l’Assomption et leurs enseignants dans la mise en place de projets innovants.

Avec Cirkopolis, le Cirque Éloize présente un spectacle où se côtoient les univers du cirque, du théâtre et de la danse. Au coeur d’une ville froide et imposante en apparence, des engrenages géants et des portails sombres illustrent une mécanique qui broie toute individualité. Accompagnés d’une scénographie, de projections vidéos et d’une musique originales, dix acrobates et artistes multidisciplinaires défient la monotonie, se réinventent et repoussent les limites imposées par la ville-usine. Dans ce monde où la fantaisie provoque la réalité, le voile de l’anonymat et de la solitude se soulève à coup d’éclats de couleur.

Cirkopolis se déploie, au fil des tableaux, comme un univers élémentaire, à l’imagerie sculpturale. Des jongleurs s’amusent à braver l’espace, une contorsionniste se laisse soulever par ses camarades dans un élan d’inspiration, des artistes aériens affrontent la hauteur des gratte-ciels. Vivre Cirkopolis, c’est aussi entrer dans la valse de la roue Cyr, redouter l’intrépidité de la roue allemande, et découvrir la candeur d’un homme qui ne rêve qu’à danser.

« Cirkopolis a été imaginé comme un carrefour de rencontres, celles de l’imagination et de la réalité, de l’individualité et de la collectivité, des limites et du possible. Le spectacle est porté par l’impulsion de la poésie de la vie, les prouesses physiques du cirque, son humour à la fois grave et léger qui peuvent faire advenir notre émancipation et notre liberté. Entrer dans Cirkopolis, c’est lâcher prise et se laisser porter par l’espoir. » explique Jeannot Painchaud, directeur artistique du Cirque Éloize et co-metteur en scène de Cirkopolis.

Crédit photo | Valérie Remise