À propos

Le Théâtre

Reconnaissances

 

  • 2016 : Prix Développement – Les 50 jours de la danse décerné par RIDEAU
  • 2015 : Félix du Diffuseur de spectacles de l’année décerné par l’ADISQ
  • 2012 : Félix du Diffuseur de spectacles de l’année décerné par l’ADISQ
  • 2012 : Prix Distinction MRC de L’Assomption – Entreprise culturelle et touristique
  • 2012 : Prix Initiative – Bonification de l’offre culturelle et touristique décerné par RIDEAU
  • 2010 : Prix Distinction MRC de L’Assomption – Entreprise culturelle et touristique
  • 2010 : Prix Opus du Diffuseur pluridisciplinaire de l’année
  • 2009 : Prix des arts Maximilien-Boucher décerné par la Société nationale des Québécoises et Québécois de Lanaudière
  • 2007 : Prix Diffuseur de l’année décerné par RIDEAU
  • 2007 : Prix Initiative – Les soirées à L’Ange cornu décerné par RIDEAU
  • 2005 Félix Salle de spectacles de l’année décerné par l’ADISQ
  • 2004 : 106e rang du classement des Leaders de la croissance du magazine canadien anglophone Profit
  • 2002 : Prix Initiative – FAIT décerné par RIDEAU
  • 2000 : Félix du Diffuseur de spectacles de l’année décerné par l’ADISQ

 

Historique

 

Au milieu des années 80, les autorités du Collège de l’Assomption songent à construire une salle de concert et de théâtre pour remplacer la salle académique. Érigée en 1883 et entièrement rénovée en 1950, elle est utilisée par les collégiens pour y présenter des spectacles de théâtre et de musique. Vers le milieu des années 60, elle est louée pour y diffuser du cinéma et prend alors de nom de « Carillon ». Elle sera la proie des flammes en 1988.

Dès avril 1988, les forces vives du sud de Lanaudière se réunissent pour créer la Corporation Hector-Charland qui devient le porte-flambeau d’un projet de construction d’une salle de spectacle régionale. Il faudra dix années bien comptées avant que commence le chantier. Entre temps, les membres de la Corporation prennent la décision de commencer la diffusion de spectacles professionnels dans une salle du Collège de l’Assomption qui prend le nom de « Théâtre de la Vieille Chapelle ».

C’est dans ces lieux que la Corporation présente ses spectacles jusqu’à l’inauguration du Théâtre Hector-Charland. À partir de 1996, elle intensifie ses activités par l’engagement d’un directeur général, Claude de Grandpré, alors qu’un accord de principe intervient avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec pour la construction de la salle.

Suite à un concours d’architecture, le projet soumis par la firme Les Architectes FABG (Faucher, Aubertin, Brodeur, Gauthier) dont le concepteur principal est l’architecte Éric Gauthier est retenu. L’originalité du projet, le souci d’intégration aux bâtiments patrimoniaux qui l’entourent et le caractère chaleureux et intimiste de la salle ont séduit les membres du jury.

Après de longues discussions, la salle est nommée « Théâtre Hector-Charland ». On rend ainsi hommage à Hector Charland, un natif de L’Assomption qui a étudié au Collège (79e cours) et qui a été un homme de théâtre important du début du siècle dernier avant de s’illustrer comme la figure légendaire de l’avare Séraphin Poudrier dans la populaire série radiophonique Un homme et son péché.

La salle est inaugurée le 12 novembre 1999. On y a tenu auparavant le premier spectacle professionnel, le 10 septembre de cette année, en accueillant le jazzman Oliver Jones. Cette année-là, 76 spectacles y sont présentés et la réponse du public dépasse largement les attentes les plus optimistes. Cette étape cruciale du développement du Théâtre Hector-Charland n’est cependant que le début de l’essor fulgurant qu’il connaîtra. L’offre qu’il s’apprête à concocter ne cessera de s’enrichir et de se diversifier au plus grand plaisir des spectateurs.

Inspiré par la Politique de diffusion des arts de la scène « Remettre l’art au monde », le Théâtre Hector-Charland a non seulement assumé son rôle de moteur de la vie culturelle de la MRC de L’Assomption, mais l’a dépassé en assurant une programmation de grande qualité et d’une diversité qui en fait une des salles les plus renommées du Québec. L’équilibre entre l’audace, l’originalité, l’innovation et le courant plus conservateur de la culture a toujours caractérisé la programmation offerte au public au cours de la première décennie de diffusion. La vision artistique qui l’inspire se distingue à bien des égards d’un grand nombre de ses semblables.

À titre de foyer culturel régional, le Théâtre Hector-Charland a permis à son public d’apprécier les artistes populaires de même que de découvrir des modes d’expression artistiques moins répandus. Dès 2001, il présente le FAIT (Festival annuel d’innovation théâtrale), événement annuel dédié au théâtre de création. Cette même année, il se lance dans la production de théâtre en été qui l’amène à offrir des spectacles durant les douze mois de l’année. En 2014, il lance la première édition de l’événement Les 50 jours de la danse. À travers sa programmation régulière, il accueille des artistes de notoriété internationale. La danse et la musique classique y tiennent une place de choix. À cet effet, les collaborations avec La Sinfonia de Lanaudière et l’Association de Repentigny pour l’avancement de la musique (ARAMUSIQUE) contribuent grandement au succès et à la visibilité de la musique dans la région. Cette année, ce sont plus de 300 spectacles différents qui prennent l’affiche au Quartier des arts de L’Assomption.

Au cours des dernières années, de nouvelles initiatives ont conduit l’organisme à créer un véritable Quartier des arts à L’Assomption en organisant des spectacles dans sa salle et dans d’autres lieux de diffusion. Également, son implication dans le domaine du tourisme a permis d’enrichir et de diversifier l’offre à cet égard. En plus de cet engagement dans la communauté, le Théâtre Hector-Charland s’implique activement sur les tribunes susceptibles de faire évoluer la diffusion des arts de la scène. L’organisme est membre de RIDEAU, Réseau Scènes, des Voyagements, de la Danse sur les routes du Québec et de l’ADISQ.

Il est d’emblée évident pour la population environnante et bien au-delà, que le Théâtre Hector-Charland assume son rôle de diffuseur culturel de manière dynamique et qu’il est également une source inspirante en regard du développement social et économique de la Ville de L’Assomption en particulier et de la MRC de L’Assomption.